LES TÊTES FORTES
5500 boulevard des Galeries,
Local 110, Québec, Qc, G2K 2E2
RESEAUX SOCIAUX
Besoin d’informations ?

info@tetesfortes.ca

581-704-5606

HORAIRE

Du lundi au vendredi
8h à 20h

POUR NOUS JOINDRE

    Disponibilités pour vous joindre





    [recaptcha]



    Veuillez noter qu’une réponse vous sera acheminée dans un délai de 24 à 48 heures ouvrables. Merci de votre compréhension.

    Syndrome de dysfonction non-verbale

    Vous vous retrouvez maintenant au beau milieu d’une classe, entouré d’étudiants du même âge que votre enfant. Ceux-ci ne semblent pas remarquer votre différence d’âge, y compris l’enseignante qui n’en fait aucun cas. Celle-ci est plus jeune que vous, ça vous fait étrange…

    L’enseignante vous annonce un travail d’équipe. Vous vous retournez pour savoir avec qui vous pourriez bien vous associer. À votre grande surprise, vos yeux se posent sur une étrange créature installant des cadres au fond du local. La chose a des allures d’une taupe dont le museau est muni d’épaisses lunettes qui vous empêchent de voir ses yeux. Elle est en train d’accrocher diverses toiles sur le mur tout en marmonnant quelques explications savantes, à la manière d’un critique d’art tentant d’expliquer les intentions de Picasso, Monet, Renoir!

    Par un effort extrême de déduction, vous saisissez que les visages abstraits dépeints sur les toiles sont en fait des portraits des
    personnes de la classe et que la créature agit à titre de “traductrice” des émotions et intentions de ceux-ci. La taupe à lunettes ne semble toutefois pas être très douée dans sa tâche puisque, tour à tour, elle prête à votre professeure des intentions qu’elle n’a visiblement pas saisie : fâchée, heureuse, triste, dégoûtée, irritée, etc. Vous trouvez la créature particulière et aimeriez bien vous retrouvez seul avec vos camarades pour amorcer votre travail, mais ses commentaires se font de plus en plus insistants, et son langage, de plus en plus savant.

    L’enseignante vous demande à nouveau de vous regrouper en équipes de trois. Vous vous associez à deux autres étudiants, mais bien malgré vous, la créature se joint à votre petit groupe, apportant avec elle tous ses pinceaux et son chevalet. Rapidement, elle entame le portrait de vos camarades, commentant leurs intentions à chacun de ses traits.

    Sa constante interprétation érronée de leurs émotions et de leurs intentions vous empêche de collaborer pleinement avec eux. Malgré tous vos efforts pour essayer de faire comme si elle n’était pas là, vous constatez qu’elle est impossible à ignorer. En effet, en ramenant votre attention vers vos collègues, vous constatez avec affolement que la taupe a peint leur visage à la manière de portraits de la période cubiste. Il vous est désormais impossible de décoder quelconque intention dans leur visage. Vous ignorez s’ils sont contents ou fâchés, en accord ou en désaccord avec vous, ce qui occasionne de nombreux malentendus. Vous tentez, tant bien que mal, de vous expliquer auprès de vos collègues, d’élaborer diverses théories pour justifier votre attitude “hors propos” mais vos explications s’avèrent tout aussi inefficaces que vos sourires et expressions d’agacement…

    L’influence du peintre affecte jusqu’à votre raisonnement. Vous qui êtes généralement un as des mathématiques et des énigmes à la Sherlock Holmes, vous ne parvenez plus du tout à lire entre les lignes et donc à justifier votre place auprès de vos coéquipiers par vos atouts d’esprit de synthèse ! Perdu et distrait par l’incessant parasitage du peintre verbomoteur, vous recommencez à formuler d’interminables justifications dont les mots savants font même sursauter l’enseignante venue vérifier la progression de votre travail. Vous êtes décontenancé : vous avez l’impression de reprendre exactement les mêmes verbalisations que la taupe…

    Ne sachant plus comment composer avec vous, vos compagnons finissent par vous mettre à l’écart et complètent l’exercice à deux, sans compter sur votre participation. Une fois encore, on vous dira que vous ne savez pas comment vous y prendre et qu’il est nécessaire de faire des efforts pour s’ajuster au groupe… Vous savez tout cela… mais hélas comment dire que c’est la faute d’un artiste poilu-interprète et myope!…

    En savoir plus

    Description du syndrome de dysfonctions non-verbales

    Le syndrome de dysfonctions non verbales (SDNV) est un trouble qui commence tout juste à être reconnu. Les symptômes du SDNV s’apparentent beaucoup aux symptômes possibles suite à une lésion de l’hémisphère droit. La caractéristique première du SDNV chez un jeune est l’écart entre ses habiletés verbales et ses habiletés non verbales en faveur des premières. Cet écart se traduit généralement académiquement par un rendement élevé aux épreuves de lecture et une faiblesse au niveau des mathématiques.

    L’enfant SDNV se distingue particulièrement par son langage : son vocabulaire est riche, il a de la facilité avec l’organisation de la syntaxe et de la grammaire. Le jeune se démarque également par son excellent développement métaphonologique (la capacité à manipuler les sons), une force qui lui sert particulièrement au moment d’apprendre la lecture.

    Profil cognitif
    Pour ce qui est de l’aspect cognitif, on observe souvent chez ces enfants une combinaison de déficits spécifiques :

    • Une difficulté au niveau de l’attention portée aux stimuli visuels et tactiles.
    • Peu de motivation à explorer son environnement. Ce déficit peut être compensé à l’aide de ses bonnes habiletés langagières. Le jeune a tendance à explorer son monde à l’aide de plusieurs questionnements qui peuvent paraître inappropriés par moments.
    • Difficultés à manier et à utiliser du nouveau matériel (autant pour les concepts que pour du matériel physique).
    • Déficits au niveau de la mémoire visuelle et des représentations mentales.
    • Pour ce qui est du langage, difficultés à comprendre l’abstrait, l’ironie, les métaphores ou l’humour. On observe aussi une surutilisation de certains mots ou formulations. Certaines difficultés avec la pragmatique du langage.
    • Difficultés temporelles au niveau de l’estimation de l’heure et de la durée.
    • Déficits au niveau de la vérification d’hypothèses et de l’élaboration de stratégies dans un but de compléter une tâche.
    • Généralement, le jeune est beaucoup plus lent au niveau de l’initiation et de la complétion des tâches. Cette difficulté peut s’expliquer par son mésaise à se faire une image des étapes qu’il devrait effectuer pour compléter la tâche.
    • Leurs difficultés visuospatiales entraînent une difficulté à se retrouver dans de nouveaux environnements.

    L’école pour l’enfant SDNV
    Pour ce qui est de l’école, le jeune avec SDNV affiche un profil plus faible en mathématiques à cause de problèmes d’imagerie mentale et des troubles visuospatiaux. L’apprentissage de la ligne mentale des nombres (imaginer les nombres organisés sur une ligne ordinale) et l’organisation gauche-droite n’est pas facile pour les enfants avec ce diagnostic. Ensuite, les troubles visuospatiaux entraînent généralement des difficultés en géométrie. Les enfants avec un SDNV ont toutefois l’avantage d’avoir de la facilité à automatiser rapidement les tables ou d’autres faits arithmétiques. En effet, l’apprentissage par cœur est très facile chez les SDNV, ce qui fait que ceux-ci montrent souvent un profil très hétérogène dans leurs résultats scolaires! Par contre, l’écriture est souvent plus ardue pour ces enfants qui écrivent lentement et qui tiennent leur crayon de façon qu’on pourrait qualifier de maladroite. Ce ralentissement aboutit communément à un manque de temps dans les activités d’écriture telles que les dictées. Finalement, en classe, l’enfant possédant un SDNV pose beaucoup de questions puisque c’est par le langage qu’il apprend le mieux.

    Motricité
    Généralement les enfants ayant le SDNV ont généralement une moins bonne coordination bilatérale qui s’observe par leur maladresse graphomotrice. Souvent, ils ont l’air d’être plus au ralenti lorsqu’ils doivent effectuer des tâches motrices complexes comme l’écriture. Lors des mouvements, c’est le côté gauche du corps qui est le plus affecté.

    Développement de l’enfant avec un SDNV
    Si l’enfant qui possède ces dysfonctions non-verbales se développe tardivement au niveau langagier, ce retard est cependant rapidement restauré. En effet, son vocabulaire finit souvent par surpasser celui de ses pairs. L’expression verbale devient en général leur moyen privilégié pour appréhender et comprendre le monde ce qui explique leur besoin de commenter et questionner à propos de tout ce qui les entoure! Ce sont des jeunes qui ont plus de difficulté à manier du nouveau matériel, ce qui rend compliqué l’instauration d’une nouveauté dans leur routine. En conséquence, il n’est pas rare de constater une forte résistance aux changements dans la routine, laquelle est bien entendu comprenable étant donné leurs difficultés d’organisation visuospatiale.

    Sociabilité

    Malgré que les difficultés sociales ne soient pas considérées dans toutes les études sur le SDNV, certaines caractéristiques ressortent souvent :

    • La difficulté à décoder les expressions faciales, le langage corporel et le ton de voix
    • Une tendance au retrait social;
    • Une propension aux manifestations dites internalisées (anxiété, humeur triste, dépressive, etc.)

    Comment apprivoiser ce monstre?

    Recommandations pour vos interventions au quotidien

    • Obtenir un soutien en orthopédagogie
    • Établir une routine claire avec l’enfant et bien expliquer si l’on doit y déroger les raisons qui nous poussent à le faire
    • Utiliser de plus grands ustensiles et réduire la taille graduellement quand l’enfant semble mieux contrôler les mouvements requis aux heures de repas. On peut par exemple commencer par lui donner une cuillère à soupe et un grand bol.
    • Utiliser des caoutchoucs pour les crayons afin de faciliter l’appréhension
    • Impliquer l’enfant dans le ménage
    • Favoriser un enseignement structuré, routinier et organisé
    • Présenter les objectifs des devoirs ou leçons verbalement avant de les présenter visuellement

    Voici des petites recommandations de jeux à faire pour travailler les difficultés du SDNV :

    • Utiliser différents types de crayons ou d’activités de dessin (craies dans la rue ou peinture sur toile) afin de favoriser le développement des muscles de l’épaule et la motricité fine
    • Tenter d’expliquer et de travailler avec l’enfant sur des peintures à numéro
    • Le jeu Opération, pour la motricité fine
    • Les mini casse-têtes
    • Les Lego en oubliant le plan de construction!
    • Pratiquer des sports qui semblent simples à apprendre et qui favorisent le développement de plusieurs muscles, comme le volleyball. Ce sport se joue plus spécifiquement en équipe, ce qui aidera aussi l’enfant dans la sphère sociale!
    • Jouer à faire des mimes

    Quelles sont les forces de ce monstre

    Les enfants avec un syndrome de dysfonctions non-verbales sont pour plusieurs doués pour apprendre des notions par cœur. En combinant cette caractéristique à leur vocabulaire riche et coloré, on peut comprendre que les exposés oraux constituent une opportunité unique de mettre en valeur auprès de leur professeur et camarades de classe, leurs qualités de communicateur. Ce sont des enfants qui sont naturellement curieux, qui posent beaucoup de questions pour mieux comprendre le monde et qui donner une impression de « sagesse » malgré leur jeune âge.
    Forces en mots-clés

    • Bon en par cœur
    • A un vocabulaire riche
    • Curieux
    • Attachant

    Vous croyez reconnaître
    VOTRE ENFANT?
    Écrivez-nous !